AccueilLe LDA39 réalise vos analyses de STEC

Le LDA39 réalise vos analyses de STEC

Les  STEC (Escherichia  coli producteurs de Shiga-toxines) sont  responsables de troubles variés allant d’une diarrhée aqueuse bénigne à une colite hémorragique pouvant évoluer vers des formes graves :

  • Le syndrome hémolytique et urémique (SHU),  principalement  chez  le  jeune  enfant,
  • La micro-angiopathie thrombotique (MAT) chez l’adulte.

Principales caractéristiques microbiologiques

E.coli fait partie des entérobactéries et mesure de 2 à 4 μm de long pour un diamètre d’environ 0,6 μm. Il est normalement présent parmi le microbiote intestinal de l’Homme et des animaux,  Certains Escherichia coli, appelés STEC possèdent un gène de virulence stx et parmi les STEC certains possèdent également un deuxième gène appelé eae. La présence de ces 2 gènes les rend pathogènes, ils sont appelés EHEC (Escherichia coli entérohémorragiques).

Les STEC (EHEC) libèrent des toxines appelées  shigatoxines qui provoquent des lésions de l’endothélium vasculaire (intestinal, rénal et cérébral) chez l’Homme.

Les  souches  STEC sont caractérisées par leur antigène somatique O et leur antigène flagellaire H. Les souches STEC les plus fréquemment impliquées dans les épidémies appartiennent aux sérotypes O26:H11, O45, O103:H2, O111:H8, O145:H28 et O157:H7.

Sources du danger

Le tube digestif des ruminants et plus particulièrement des bovins, est le principal réservoir des STEC. Les ruminants sont des porteurs sains tout comme d’autres animaux d’élevage, ou animaux sauvages (dont certains gibiers). Toutefois, la prévalence globale des bovins excréteurs de souches STEC a été estimée en France en 2010 – 2011 à 1,8 %. La prévalence est de : 4,5 % chez les jeunes bovins laitiers, 2,4 % chez les jeunes bovins à viande, 1,8 % chez les vaches laitières et 1 % chez les vaches à viande.

La persistance de souches STEC dans les cheptels est due au portage digestif par les animaux, à la contamination par contact d’animal à  animal, mais aussi à la contamination des sols, de l’herbe, des fourrages et des eaux superficielles à partir des déjections animales, des fumiers et des lisiers contaminés.

Les souches STEC peuvent survivre pendant plusieurs semaines dans les sédiments d’abreuvoir, les fèces ou le fumier sur le sol.

La contamination d’aliments d’origine animale par des bactéries d’origine fécale peut intervenir :

  • à l’abattoir (dépouille ou éviscération des animaux) pour les viandes,
  • en élevage au moment de la traite pour le lait, tout particulièrement lorsque les règles d’hygiène générale ne sont pas  respectées,
  • lors d’épandages contaminés ou d’utilisation d’eau d’irrigation contaminée pour  les  végétaux.

Voies de transmission 

La principale voie de transmission est indirecte par consommation d’aliments d’origine animale ou végétale, ou d’eau de boisson. La transmission directe est possible par contact avec des animaux infectés ou avec leurs déjections,

 Principaux aliments pouvant être mis en cause

Les principaux aliments mis en cause lors d’épidémies d’infections à STEC sont :

  • la viande hachée de bœuf insuffisamment cuite,
  • les produits laitiers au lait cru,
  • les végétaux crus (salade, jeunes pousses  de  radis  blancs, graines germées), 
  • les produits d’origine végétale non pasteurisés (jus de pomme),
  • l’eau de boisson.

Caractéristiques de la maladie

En France, la surveillance des infections à STEC est coordonnée par Santé publique France et les infections à STEC sont confirmées sur le plan microbiologique par le CNR.

La sensibilité relative des enfants par rapport à la population générale est d’autant plus élevée que l’enfant est jeune. D’après l’avis de l’Anses (2015) :
  • Les enfants de 0 à 5 ans auraient une sensibilité entre 10 et 110 fois plus élevée que la population générale,
  • Les enfants de 6 à 10 ans auraient une sensibilité entre 6 et 16 fois plus élevée que la population générale,
  • Les enfants de 11 à 14 ans auraient une sensibilité 3 fois plus élevée que la population générale.
Durée moyenne d’incubation : 3-4 jours (variable de 2 à 12 jours)
Principaux symptômes :
  • Diarrhée banale
  • Colite hémorragique : crampes abdominales et diarrhée initialement aqueuse puis sanglante chez un patient généralement apyrétique ou subfébrile
Durée des symptômes : 5 à 12 jours.
Durée de la période contagieuse : une semaine au moins chez l’adulte, mais peut être supérieure chez l’enfant
Complications :
  • Syndrome hémolytique et urémique (SHU), dans 5 à 8 % des cas. La létalité du SHU chez l’enfant âgé de moins de 15 ans est de 1 % en France,
  • Micro-angiopathie thrombotique (MAT), (létalité chez les personnes âgées : 50 %),
  • Complications neurologiques graves pouvant apparaître dans 25 % des cas de SHU
  • Insuffisance rénale chronique chez 50 % des survivants du SHU
Forme asymptomatique : l’Homme peut être porteur d’EHEC sans exprimer de signe clinique

Surveillance dans les aliments

La mise en place d’autocontrôles portant sur les STEC en particulier dans les filières viande hachée et fromages au lait cru, est de nature à réduire le risque de survenue d’infections.

La majorité des pays européens demandent la recherche de : O157:H7, O26:H11, O103:H2, O145:H28 et O111:H8 communément appelé TOP5

Les USA demandent en plus O121 et O45 , ce qui correspond au TOP7

La méthode appliquée au LDA39 est la méthode GENE UP de Biomérieux qui permet la détection du TOP7.

Compte tenu de la gravité des infections liées à ces bactéries, tout lot d’aliment où est détectée une souche STEC considérée comme hautement pathogène conduit à la mise en place de mesures de gestion (traitement thermique ou destruction par l’industriel, retrait et rappel lorsque le produit est mis sur le marché).

 Source : Fiche de description de danger biologique transmissible par les aliments /  E. coli entéro hémorragiques (EHEC) - ANSES